Si auparavant, les enjeux environnements n’intéressaient quasiment pas personne, aujourd’hui ils sont au centre de nos préoccupations. En effet, nous assistons actuellement à une dégradation quasi complète de notre écosystème. Et le plus triste dans tout ça, c’est que nous en sommes responsables. Bon nombre d’épargnants français sont particulièrement sensibles au réchauffement climatique et à la pollution. Heureusement que depuis un certain temps, la finance verte a fait son apparition.

Qu’est-ce que la finance verte ?

La finance verte est semblable à la finance traditionnelle, mais ses actions et ses transactions financières consistent essentiellement au financement des projets qui participeront à la préservation de la planète. Il s’agit donc de lutter contre le réchauffement climatique ou de transformer le système énergétique grâce à l’utilisation des ressources renouvelables comme l’énergie solaire, l’hydraulique, l’éolienne, la biomasse et la géothermique au détriment des énergies fossiles. La finance verte se concentrera principalement sur l’investissement responsable (IR) pour mettre en œuvre de telles initiatives. Cela implique un investissement qui, non seulement, prend en considération des critères purement économiques, mais aussi des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance.

Quels types de sociétés la finance verte finance-t-elle ?

Elle intègre des exigences non financières dans les décisions d’investissement et la façon de gérer les actifs. Elle permet entre autres l’investissement dans des sociétés dont les pratiques ne nuisent pas à la planète. La finance verte favorise les sociétés dont les activités ne produisent pas d’impact environnemental. Ainsi, elle n’accepte pas de financer celles qui ne respectent pas la transition écologique. Dans ce cas, les investisseurs ont alors la possibilité d’appuyer les compagnies qui renouvellent leur manière de produire afin de répondre aux enjeux environnementaux et celles qui mettent au point des mesures particulières pour appliquer ce modèle de développement durable. La finance verte utilise des méthodes distinctes pour sélectionner les entreprises dignes d’obtenir des fonds éthiques auprès d’autres, ce qui consiste principalement à trier celles qui se conforment aux normes internationales et celles qui les enfreignent. Puis, elle ne choisit que celles qui opèrent dans un secteur particulier ou qui font des activités jugées éthiques.

Qu’est-ce qu’on entend par obligations vertes ?

Les investisseurs investissent leurs liquidités dans des « obligations vertes ». Il faut noter qu’une obligation verte est un prêt destiné à financer des initiatives particulières qui contribuent à la transition énergétique et écologique (TEE). Ces prêts servent, par exemple, au développement des énergies renouvelables, à la gestion des déchets et au financement d’infrastructures. Les principaux émetteurs sont les États (plus de 47 %) et les entreprises (plus de 28 %). Dans l’hypothèse où un entrepreneur n’est pas satisfait de son investissement, alors il peut effectuer un désinvestissement dans une entreprise. Effectivement, la plupart d’entre elles contribuent à la pollution en émettant beaucoup de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Contrairement aux obligations traditionnelles, les obligations vertes prennent en considération le côté environnemental des investissements. Elles permettent ensuite d’appuyer des projets qui contribuent par exemple à la lutte contre la pollution.

Quelles sont les autres sources de financement ?

Si vous ne voulez pas utiliser le financement traditionnel, alors sachez que vous pouvez recourir au financement participatif ou crowdfunding. En effet, plusieurs plateformes en ligne sont prêtes à financer des projets dans des domaines distincts. Il vous suffit donc d’en choisir une. De nos jours, il existe aussi des fonds labellisés qui respectent les méthodes et les principes de la finance verte. Ils incitent essentiellement les entrepreneurs à concourir à la transition écologique. De nombreux pays ont d’ailleurs créé des labels qui permettent de rassurer les investisseurs sur leurs projets de financement. Après une évaluation qui est basée sur plusieurs critères, le label est décerné à un projet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici