Il est bel et bien possible d’obtenir un prêt immobilier à la retraite. À en croire les établissements bancaires, les seniors sont des clients ayant une bonne santé financière. De plus, ils ont un taux d’endettement largement inférieur à 33%. Cependant, l’assurance emprunteur constitue un obstacle qui empêche la plupart d’entre eux de réaliser leur rêve. Voici donc les solutions qui s’offrent à eux.

Prêt immobilier pour les retraités : l’assurance emprunteur est le principal obstacle

Contrairement à ce que certaines personnes pensent, les banques considèrent les seniors comme étant des clients ayant une situation financière stable. Bien sûr, la plupart des seniors sont tous propriétaires d’une résidence principale qui pourra parfaitement servir de garantie hypothécaire lors de la souscription à un prêt immobilier. Toutefois, puisque chaque médaille a son revers, il existe un obstacle qui empêche les retraités d’obtenir ce dernier ; il s’agit de l’assurance emprunteur. En effet, les personnes à la retraite ne pourront pas supporter son coût qui est vraiment faramineux. Par ailleurs, si leur état de santé n’est pas bon, alors cette assurance emprunteur ne sera pas acceptée. Bien que cette couverture ne soit pas obligatoire, les banques la réclament souvent.

La limite d’âge d’emprunt est de 95 ans en fin de prêt

Depuis quelques années, on constate que l’espérance de vie des retraités s’est particulièrement allongée, ce qui les a poussés à demander un prêt immobilier. Étant donné que les banques leur font confiance, elles ont donc modulé la limite d’âge d’emprunt qui est maintenant de 95 ans en fin de prêt. Toutefois, le crédit immobilier n’est pas accordé à tous les retraités. Effectivement, en plus d’être propriétaires d’une résidence principale, ceux-ci devront aussi disposer d’un apport personnel suffisant et percevoir des revenus tels qu’une pension de retraite. Par ailleurs, ils devront être en bonne santé au moment de la souscription.

Le nantissement : une alternative à l’assurance emprunteur

Nous venons de constater que l’assurance emprunteur ne facilite vraiment pas la tâche pour les seniors. Heureusement pour eux qu’il existe des alternatives à cette couverture qui n’est pas à la portée de toutes les bourses ; il s’agit du nantissement qui consiste à miser sur un plan d’épargne en actions ou une assurance-vie au profit de l’établissement prêteur. Cependant, cela ne signifie pas que le nantissement n’est pas sans risque. Effectivement, l’emprunteur n’aura pas la possibilité de disposer de son placement nanti s’il ne rembourse pas totalement son crédit.

Opter pour le prêt hypothécaire cautionné

Tout l’intérêt du prêt hypothécaire cautionné repose principalement sur le fait qu’il favorise le pouvoir d’achat du retraité. Effectivement, cette autre alternative à l’assurance emprunteur exige une caution qui servira de garantie complémentaire afin de couvrir la banque si jamais ce dernier décède. Grâce au prêt hypothécaire, il n’est plus nécessaire qu’un senior fasse un bilan de santé. Dans l’hypothèse où il décède avant l’échéance du contrat, alors la banque vendra son bien afin de récupérer la somme que le défunt lui doit encore.

Opter pour le prêt viager hypothécaire

Il est important de faire la distinction entre la vente en viager et le prêt viager hypothécaire. En effet, dans le premier cas, vous n’êtes plus propriétaire de votre bien puisque vous avez cédé le droit de propriété. En revanche, dans le deuxième cas, vous restez propriétaire de votre bien. Pour une personne retraitée qui souhaite acquérir un bien immobilier, alors le prêt viager hypothécaire est donc vraiment avantageux. Si par malheur elle décède, alors sa garantie hypothécaire sera mise en vente par l’organisme prêteur. Mais de son vivant, elle aura la possibilité d’interrompre le prêt viager. Dans ce cas, il faut qu’elle effectue un remboursement anticipé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici