Album - Music - Lyrics - Paroles - Songs - Videos Clips - Musique - Rock/Metal - Hip-Hop - R'n'B - Pop/Rock  - Pop
0-A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Google
Recherche WWW Recherche Paroles / Lyrics

Patrick Fiori - Paroles  / Lyrics 
Patrick Fiori Peut-Etre Que Peut-Etre Lyrics
Patrick Fiori Merci Lyrics

Si On Chantait Plus Fort
Toutes Les Peines 
Il Parait 
4 Mots Sur Un Piano 
Yoenai 
Simplement Beau
Arretons-Là

Tu Lui Ressemble
A Genoux
N'Oublie Pas
La Boite Aux Lettres 
Marlène
Tout Ce Que L'On Est
Je Ne Serai Jamais

Si On Chantait Plus Fort
[Refrain] :
Si on chantait plus fort
Et plus fort encore
Si nos voix nos accords
Changeaient le décor
Sur les frontières, de jolis airs
Nos religions, des unissons
Drapeaux moins hauts, pianissimo
Aux champs d'bataille, les champs des bals
Douces violences, au pas des danses
A nos guitares, les pleins pouvoirs
Si on chantait toujours
Au lieu des tambours
Les chants des troubadours
Mieux que les discours
[Refrain]
Bareaux prisons, au violon
Aux camisoles, des clés de sol
Explose le décor
Si nos voix suffisaient
SI les chansons pouvaient x2


Il Parait
Y'a pas de mot pour le dire
un peu plus et ce sera pire
Décrocher la lune si je n'ose
Craindre les heures qui s'enterrent
Celles qui sonnent toujours plus fières
Balancer les dires et les choses
Il parait que dans un idéal
Je t'emmène en cavale
Prisonnier du temps qui passe
Il parait que c'est un drôle de jeu
Qu'on ne peut faire qu'à deux x2
A toujours courber l'échine
A renier son origine
Pendu sur terre en overdose
[Refrain]
Il parait que c'est un drôle de jeu
Qu'on ne peut faire qu'à deux
Prisonnier du temps qui passe
S'avouer que plus rien ne menace en face
[Refrain]


Yoenai
Quand les rhums succombent au fond des bars
Les vieux marins racontent au bout du soir
Evangile ou contrebande ou vraies histoires ?
Cette ancienne légende je préfère y croire
Yoenaï mi femme, mi sirène haha
Qui la croise se perd haha
Au fond des océans
Yoenaï te charme et puis t'entraine haha
Que les dieux t'en protègent haha
Diable de l'océan
On dit que son regard est un adieu
Si tu la croises, gare ! (ho) baisse les yeux
Qu'un bateau disparaisse, on la supplie
Entre larme et détresse, on la maudit
Yoenaï mi femme, mi sirène haha
Qui la croise se perd haha
Au fond des océans
Yoenaï te charme et puis t'entraine haha
Que les dieux t'en protègent haha
Diable de l'océan
Yoenaï
Mi ange mi démone haha
Ensorcelle les hommes haha
Epargne nos enfants ......

Arretons-Là
De ces heures où l'on riait
A se jouer de la mort on ignorait pourquoi
Comme on dessine un enfer pour toucher l'extrême instant 
Pour en subir, l'urgence
Souviens-toi être le roi de ces limites où l'on croit tenir le monde, d'une main
D'autres y ont déjà goûter
Passer de l'autre côté ne me laisse pas
Hey, arretons là, reviens de ceux qui ne voient pas que le paradis, c'est d'être là
Se battre pour la vie comme elle vient
Hey, regarde-moi, défies la lumière, n'y vas pas
Entends mon crie, qu'est-ce que tu croies
Je n'te laisserai pas partir comme ça
Si on déclarait la trève, avant que le jour se lève pour voir plus loin (hey,yé,yé)
Sur un banc comme deux p'tits vieux, on s'rait pas si malheureux
Rêver encore
Hey, arretons là, reviens de ceux qui ne voient pas que le paradis, c'est d'être là
Se battre pour la vie comme elle vient
Hey, regarde-moi, défies la lumière, n'y vas pas
Entends mon crie, qu'est-ce que tu croies
Je n'te laisserai jamais partir comme ça
Hey, arretons là, reviens de ceux qui ne voient pas que le paradis, c'est d'être là
Se battre pour la vie comme elle vient
Hey, regarde-moi, défies la lumière, n'y vas pas
Entends mon crie, qu'est-ce que tu croies
Je n'te laisserai pas partir comme ça
Regarde moi, je te laisserai pas, partir 


A Genoux
On ne voit pas venir l'amour en danger
On ne voit pas grandir l'indifférence en secret
Quand on ne pleure plus sur les absences
De l'autre et qu'on y survit
Nous on est plus rien
Qu'une âme à genoux
Plus qu'une âme qui va vent debout
Qui ne reviendra pas jusqu'à nous
C'est pas ça la vie
C'est pas ça l'amour
T'aimer à tout prix tout le temps
C'était mon serment et pourtant
Je crois que j'ai perdu mon âme sans bouger
Et que j'ai confondu avoir avec aimer
T'aimer comme un âme à genoux
D'amour toi par dessus tout
Et n'être plus rien qu'une âme à genoux
Plus qu'un coeur qui bat que pour nous
Qui ne s'en ira pas vent debout
C'est que ça la vie
C'est que ça l'amour
T'aimer à tout prix tout le temps
T'aimer maintenant comme avant
Comme avant


La Boite Aux Lettres
J 'ai vu des papiers tomber
Comme des balles perdues
Tant de lettres anonymes 
Dont on ne parle plus
J 'ai vu des poussières d'anges
Qui venaient se cacher
Derrière la ligne blanche
Ou ton nom est marqué.
Je suis juste une fenêtre
Tout aux pieds de chez toi
C'est pas tous les jours la fête
Surtout en fin de mois
Qu' une feuille d' automne
Vienne un jour s'y poser
ça n' intéresse personne
Le facteur est passé.
J' ai trouvé des pages entières
Des mots qu'on ne lit pas
De belles prissonnières
Qu' une clé délivrera
Je suis peut-être
Ta boîte aux lettres
Mais ça tu ne le sais pas
Car une boîte aux lettres 
ça ne parle pas.
J ' ai vu de drôles de magazines
Des journaux défendus
Des bultins, des fanzines
Bizzarement foutus
Je suis accusé de réception
A l' adresse indiqué
Par un coup de tampon
REFRAIN...


Tout Ce Que L'On Est
Ce peut-il qu'on soit des hommes
Quand la raison nous dérange
Quand les vestes se retournent
Que certains regards nous changent,
Dis le moi,
Est-ce qu'on a su se garder ?
Qu'on se batte pour des causes
Jusqu'aux plus intimes de soi
Ces larmes que l'on dépose
Alors que la peur est là, dis le moi
Est-ce qu'on a su se regarder
Et ce soir je suis à l'évidence
Ce soir par ce que tout recommence
C'est comme un repère un cadeau du temps
C'est comme une lumière qui brille dedans
C'est apprendre à vivre pour se retrouver
A mieux grandir tout ce que l'on est
J'aurai aimé faire le pas
J'aurai aimé les maudire
Ce qui ne me ressemble pas
Ces mensonges à faire pâlir
Dis le moi, est ce qu'on a su se défendre
Ce soir je suis en confidence
Ce soir, parce que tout recommence
C'est comme un repére un cadeau du temps 
C'est comme une lumiére qui brille dedans 
C'est apprendre à vivre pour se retrouver
A mieux grandir tout ce que l'on est
Ce peut t'il qu'on soit un homme et être digne 
de ça
je reçois ce que tu me donnes et y'a pas de
honte à ça 
ce soir puisque tout recommence
C'est comme un repère un cadeau du temps
C'est comme une lumière qui brille dedans
C'est apprendre à vivre pour se retrouver
A mieux grandir tout ce que l'on est 

Je Ne Serai Jamais
Je ne serai jamais ni l'ombre d'un homme
ni le pale reflet d'un autre que moi
je suis toutes mes failles mes blessures et mes fautes
je suis ce que tu vois
Je ne seai jamais le héro de tes fables
ni ce beau chevalier dont tu reves parfois
si je dresse mes bras en murs infranchissables
tu vois je ne suis je ne suis que moi
Je ne serai jamais ni prince d'illusion ni de ces beaux marquis qi brillants et narquoi
Je suis de mon histoire de mon passé de mes passions
je suis ce que je crois
Je ne sera jamais un regret pour mes pere
un de ces baladins a la solde d'un rois
et je veux des enfants Toujours fiers d'être fiers
je suis ce que je dois
mais je pourrai ma belle si tu le demandai
décrocher les étoiles te couvrir de soie
faire enfin de mes bras le plus beau des palais
mais je ne serai jamais jamais que moi...
je ne serai jamais , jamais que moi...

Toutes Les Peines 
De l'eau
D'un geste sans y penser sans sol à creuser
Du chaud
Sans braise ni cheminée, sans arbre à couper
Du facile, du futile sans malheur
Puérile à chacun son lot de douleurs.
[Refrain] :
Mais toutes les peines, toutes les haines
D'où qu'elles viennent
A quoi servent-t-elles ?
Toutes les peines, les fêlures endormies
Oh toutes les peines, toutes les mêmes
Eternelles
A quoi riment-elles ?
Tout c'qui saigne, nos infimes agonies
Des jeux
Sur écran plat, du virtuel et des couleurs
Du mieux
De l'argent, du sucre, et Noël à toutes les heures
Champ de mine, on se débine jusqu'au jour
Où tout s'écroule fragile à ton tour, ton tour
[Refrain]
Oh toutes les peines, toutes les mêmes
Eternelles
A quoi riment-elles?
Tout c'qui saigne, ces infimes agonies
Mais toutes ces peines, ces gangrènes
Lourdes, anciennes
Qui saignent en nos coeurs
Donnent-elles à nos paix les valeurs ?


4 Mots Sur Un Piano 
Quatre mots sur un piano, ceux qu'elle a laissés
Quatre c'est autant de trop, je sais compter
Quatre vents sur un passé, mes rêves envolés
Mais qu'aurait donc cet autre que je n'ai ?
Ne le saurai-je jamais
Cas très banal, cliché, dénouement funeste
Trois moins deux qui s'en vont, ça fait moi qui reste
Caresses, égards et baisers, je n'ai pas su faire
La partager me soufflait Lucifer
Depuis je rêve d'enfer
Moi j'aurais tout fait pour elle, pour un simple mot
Que lui donne l'autre que je n'offrirais ?
Elle était mon vent mes ailes, ma vie en plus beau
Etait-elle trop belle ou suis-je trop sot ?
N'aime-t-on jamais assez ?
Quatre années belles à pleurer, maigre résumé
Cartes jouées mais la reine s'est cachée
Quatre millions de silences, de regrets qui dansent
Les questions, les soupirs et les sentences
Je préférais ses absences
Moi j'aurais tant fait pour elle, pour boire à son eau
Que lui donne l'autre que je n'offrirais ?
Elle était mon vent mes ailes, ma vie en plus beau
Mais était-elle trop belle, ou bien nous trop sots ?
N'aime-t-on jamais assez
Vous étiez ma vie comme la nuit et le jour
Vous deux, nouez, filiez mon parfait amour
Un matin vous m'avez condamnée à choisir
Je ne vous aimais qu'à deux
Je vous laisse, adieu
Choisir serait nous trahir
Mais qu'aurait donc cet autre que je n'ai ?
Ne le saurai-je jamais ?
La partager me soufflait Lucifer
Depuis je rêve d'enfer


Simplement Beau
Toi que j’ai croisé si souvent tu n’as jamais voulu de moi
Ce soir a nouveau je t’attend pour m’endormir dans tes bras
Toi que j’ai maudit si souvent de n’être pas venu plus tôt dans le ventre de ma maman pour réduire ma vie à zéro.
Au plus profond de mes heures noires je t’ai prié comme l’espérance pour que s’arrete mon histoire et que je tire ma révérence.
Ce soir nous avons RDV je t’ai laissé la porte ouverte quand minuit sonnera ses 12 coups je m’envolerai vers ta planète.
Devant toi on est tous égaux
Devant toi on est tous pareils
Devant toi y a plus d’égaux quand sonne l’heure du grand sommeil
On est simplement beau, simplement beau.
Devant toi on est tous égaux
Devant toi on est tous pareils
Devant toi y a plus d’égaux quand sonne l’heure du grand sommeil
On est simplement beau, simplement beau
Quand descendra la grand miroir celui qui réfléchit nos âmes.
Je plongerai dans ton regard bien plus acéré qu’une lame.
Et sur la rivière sans retour celle qui mène peut être au ciel je jetterai tout mon amour aux poissons et aux hirondelles
J’irai vers toi sans héritages car je ne laisse rien derrières moi, que le souvenir d’un visage que j’ai porté comme une croix.
Ce soir nous avons rendez-vous je t’ai laissé la porte ouverte quand minuit sonnera ses 12 coups je m’envolerai vers ta planète.
Devant toi on est tous égaux
Devant toi on est tous pareils
Devant toi y a plus d’égaux quand sonne l’heure du grand sommeil
On est simplement beau, simplement beau.
Devant toi on est tous égaux
Devant toi on est tous pareils
Devant toi y a plus d’égaux quand sonne l’heure du grand sommeil
On est simplement beau, simplement beau.
Simplement beau……


Tu Lui Ressemble
Dans ton sac ni regrets ni trac 
Des bouquins des fringue en vrac
Ici tout est clean intact sale baraque
Oh ne jamais revenir!
Anorak la porte qui claque
et 18 ans qui se cassent
dernier regard flash-Back bas les masques
une enfance se déchire
Adieu les vieux les rengaines 
ce trou pomé ces gengraines
tout plus moyen que la moyenne
mais meme si tu te taille n'oubli pas ce petit détail
Tu lui ressemble plus qu'il te semble
Le sang les années t'ont façonné
Tu lui ressemble 
la meme langue tu ne pourras pas tout effacé
où que te ailles
Cigarette tu connais ces gestes
c'est bien ta mère ce stress
Ces manie que tu deteste sa petitesse
cette angoisse de vieillir
Plus rien que tu n'aime en elle
Le mépris presque la haine 
plus rien ici qui te retienne
Tu lui ressemble plus qu'il te semble
Le sang les années t'ont façoné
Tu lui ressemble à l'évidence
Tu ne pourras pas tout éffacer
Façonner n'oublie pas meme si ça te gène
meme en fuyant meme en vivant tous les contraires
ta demarche ces mots ce meme caractère
ce regard troublant surpris dans un miroir
Tu lui ressembles....Tu lui ressembles où que tu ailles. 

N'Oublie Pas
L'envie de partir où l'amour se casse
L'histoire se finie chacun prend sa face
La maison a laisser des traces
Dans ces mots dits chacun sa vie
C'est toi qui a pris la place dans notre espace
Poursuis ton chemin je connais ma route
n'oublie jamais rien des rires et des doutes
les rires sont moins forts que les cris
plus d'avenir il faut s'enfuir
les souvenirs font sourire et pas souffrir.
N'oublie pas n'oublie rien
le respect de la memoire le souvenir de notre histoire
N'oublie pas tout ce qu'on se disait quand la nuit tombée
Confidences de l'obscurité, insouciance de familiarités
L'envie de guérir chaque jour qui passe
me laisse vieillir seul devant ma glasse
j'emporte avec moi les secrets
sache que je n'ai aucun regrets
sans moi au nom du passé sans t'oublier
N'oublie pas n'oublie rien
le respect de la memoire le souvenir de notre histoire
N'oublie pas tout ce qu'on se disait quand la nuit tombée
Confidences de l'obscurité, insouciance de familiarités
N'oublie pas n'oublie rien
le respect de la memoire le souvenir de notre histoire
N'oublie pas tout ce qu'on se disait quand la nuit tombée
Confidences de l'obscurité, insouciance de familiarités
Insouciance de familiarités.. n'oublie pas n'oublie rien... N'oublie......


Marlène
Yé yé yé yé
Oh oh oh oh
La la la la
Quand Marlène est partie
Il faisait tellement chaud
Deux, trois gouttes de pluie
A couper au couteau
Marlène a bien compris
Et posé son fardeau
Le coton c'est joli
Ailleurs que sur la peau
Il n'a pas la couleur du soir
Il a suffit d'un seul regard
Oh Marlène
L'amour est un drapeau
Qui flotte dans tes veines
Oh Marlène
Je ne suis pas plus beau
Mais c'est beau comme je t'aime
Yé yé yé yé
Oh oh oh oh
Quand Marlène est partie
Elle avait ses raisons
Elle a gouté le fruit
A la mauvaise saison
C'est vrai que loin d'ici
La pluie c'est des glaçons
D'après ce qui se dit
Marlène porte un garçon
C'est sa vie, mais pas notre histoire
Alors si tu veux nous revoir
Oh Marlène
L'amour est un drapeau
Qui flotte dans tes veines
Oh Marlène
Je me ferai plus beau
Pour que tu sois ma reine
Oh Marlène
Ne prend pas le bateau
Je t'aimerai quand même
Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé ou éducatif
0-A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Copyright  2011   Ernstrade.com
- Contact Webmaster-
Music - Lyrics - Paroles - Videos Clips