Album - Music - Lyrics - Paroles - Songs - Videos Clips - Musique - Rock/Metal - Hip-Hop - R'n'B - Pop/Rock  - Pop

0-A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Google
Recherche WWW Recherche Paroles / Lyrics

Home - I - IAM  Paroles - Lyrics 

Paroles IAM - Marvel Lyrics ( + Video Clip )
Paroles IAM - Benkei Et Minamoto Lyrics  ( + Video Clip )

IAM - Offishall
IAM - Ca vient de la rue 
IAM - Une Autre Brique Dans Le Mur Paroles - Lyrics 
IAM - 1 peu trop court
IAM - 21/04
IAM - Armes de distraction massive
IAM - Bad Boys De Marseille  Paroles - Lyrics 
IAM - Nés Sous La Même Etoile Paroles - Lyrics 
IAM - L'Empire Du Côté Obscur Paroles - Lyrics 
IAM - Je Danse Le Mia  Paroles - Lyrics


Bad Boys De Marseille

Refrain:]
Tempérament fatigué, on est né sous le soleil
Tu reconnais bien là le style des bad boys
Chaque jour que Dieu fait, à 3 heures, j'ai encore sommeil
Tu reconnais bien là le style des bad boys
Au lever, poste à fond, bon son dans les oreilles
Tu reconnais bien là le style des bad boys
Et le soir, tard, les renards se ruent sur l'oseille
Tu reconnais bien là le style des bad boys de Marseille

Canaille, un mauvais garçon
Canaille, un mauvais garçon
Canaille, un mauvais garçon

La vie est courte
Les délices du bonheur substantiel
La mort frappe l'oiseau
Assassiné en plein ciel
Le sol collabore
A emporté des fois les corps
Le bad boy sort
Quand le porc au nord s'endort encore
Mourir trente ans
Passer du bon temps
L'angoisse qu'un enfant fait du flaire
Un type arrogant
Assuré de voir un autre jour sous les coups
Je peux quand même apprécier
Un coucher de soleil comme vous
Rester lucide
Si les soucis trouble ma raison
Quand des tour de béton
S'érigent à l'horizon
Mais vraiment c'est drôle
Ma philosophie
Est-elle un saule
S'élève vers les yeux
Pour replonger plus tard vers le sol
Vision de cauchemar, noir
Désert du savoir, voir
L'ange déchu ma mise sur le purgatoire
Croire en soi
Rien de nouveau sous le soleil
Tu reconnais bien là le style des bad boys

[au Refrain]

On a dit de Marseille qu'elle était la ville initiale
On ne vit qu'une fois
Faut prendre du bon temps, oui, autant
Profiter des instants les plus plaisants
Le monde est ainsi truffé de subtilités
Trésors cachés de gatsés
Suffit de les débusquer
En abuser avec aise et...

Tu veux me faire confiance
J'entre dans la danse
Un sale gosse de plus siège
A la table des hautes instances
Un acro du micro
Qui fera mal ta tête
Prend un aspo
Et laisse faire les pro, m'a dit Marseille

Maintenant tu sais que dans ma ville
Des mecs déchirent
Multiplier notre empire
Graver notre musique
Dans tes souvenirs
Faire le mal car
Dorénavant la famille sort du côté obscur, sur
De t'avoir à l'usure, gazier

[au Refrain]

Chaud comme Marseille
Dans ma vie, y a rien
Pourtant elle est grande
Des 90s sous contrebande
Façon Luciano
Dans la légende
L'indompté entre
Armes blanches, branché
Laisse des traces aux intrus yo, le Rat
Fracasse les instras sur instru

Dans la rue les combattants
Serre les rangs
Fiers, même sans un franc
Oublie la frime, comprend
J'envoie mes rimes comme des cinq francs
Grand ou petit noyé dans la masse
Les rapaces manque d'espace
Se tirent dans les pattes
Fait place au bagarreur du mic

Ici c'est Mars, surface rouge
La population panique
Histoire, tragique
Atmosphère tendue, volcanique
Linge pendu, murs salis
Boss, trafic
Tape au cœur de la zique automatique
De ma click

[au Refrain:]



Je Danse Le Mia
Au début des années 80
Je me souviens des soirées
Où l'ambiance était chaude
Et les mecs rentraient
Stan Smith au pied
Le regard froid
Ils scrutaient la salle
Le 3/4 en cuir roulé autour du bras.
Rayban sur la tête
Survêtement Tacchini
Pour les plus classe
Des mocassins Nebuloni
Dès qu'ils passaient
Cameo, Midnight Star,
SOS Band, Delegation ou Shalamar
Tout le monde se levait
Des cercles se formaient
Des concours de danse
Un peu partout s'improvisaient
Je te propose un voyage dans le temps
via planète Marseille
Je danse le mia

Eh Dj, mets nous donc du funk
que je danse le mia
Fais pousser le pionneer à fond
pour danser le mia
Ce soir les bagues brilleront
pour danser le mia
Eh Dj, mets nous donc du funk
que je danse le mia

Je danse le mia
Jusqu'à c'que la soirée vacille
Une bagarre au fond et tout le monde s'éparpille
On râlait, que c'était nul, que ça craignait

Le samedi d'après on revenait
tellement qu'on s'emmerdait
J'entends encore le rire des filles
Qui assistaient au ballet
Des Renault 12 sur le parking
A l'intérieur, pour elles s'était moins rose
" Oh cousine, tu danses ou je t'explose ? "

Voilà comment tout s'aggravait
En un quart d'heure
Le frère rappliquait
" Oh, comment tu parles à ma soeur ? "

Viens avec moi, on va se filer,
Tête à tête je vais te fumer derrière
les cyprès
Et tout s'arrangeait ou se réglait à la danse
L'un disait " Fils, t'y a aucune chance... "

Eh les filles, mes chaussures brillent
Hop ! Un tour, je vrille
Je te bousille, tu te rhabille
Et moi je danse le mia

Comme les voitures
C'était le défi KUX 73 JM 120 mon petit
Du grand voyou
A la plus grosse mauviette
Ma main sur le volant
" Avec la moquette ! "
Pare soleil collé sur le pare brise arrière
Dédé et Valérie
Ecrit en gros
" Sur mon pere ! "
La bonne époque où on sortait la 12 sur magic touch
On lui collait la bande rouge
A la Starsky et Hutch
J'avais la nuque longue
Eric aussi, Malek coco
La coupe à la Marley
Pascal etait rasta
Des afros sur François et Jo
Déjà à la danse
A coté d'eux
personne ne touchait une bille
On dansait le mia

En direct sur radio chacal
En duplex live avec le new starflash laser-light action club....
C'est tout de suite
3 - 2 - 1 - DJ !

Merci à tous et à toutes
d'être avec nous ce soir
au new starflash laser-light action club
Nous sommes ensembles ce soir
pour une soirée de bonheur musical
avec un grand concours de danse.
De nombreux super cadeaux.
Pour les heureux gagnants,
il y aura des t-shirt marlboro,
des autocollants pionneer,
des caleçons JB, des peluches !
A la technique c'est Michel,
le light-jockey c'est Momo.
On monte sur les tables,
On lève les bras bien haut...
Allez, c'est parti !

Je danse le mia
Pas de pacotilles
Chemises ouvertes
Chaînes en or qui brillent

Des gestes lents, ils prenaient leur temps
Pour enchaîner les passes qu'ils avaient élaboré dans leur quartier
C'était vraiment trop beau, un mec assurait
Tout le monde criait : " Oh oui Minot ! "
La piste s'enflammait et tous les yeux convergeaient
Les différences s'effaçaient et des rires éclataient
Beaucoup disaient que nos soirées étaient sauvages
Et qu'il fallait entrer avec une batte ou une hache.
Foutaises, c'étaient les ragots des jaloux,
Et quoi qu'on en dise, nous on s'amusait beaucoup.
Aujourd'hui encore, on peut entendre des filles dire
" Aie, aie, aie, je danse le mia... "

Offishall
Offishall (x4)

Akhenaton :

Tassés dans les bateaux, sur un pont crado
1000 bouches à nourrir, sur le même gâteau
Tous prêts à mourir, pourvu qu'il accoste
Forcés à sourire, quartier de Vatos
Mains qui manipulent la découpe du matos
Ballotées entre livres, stylos et bastos
L'égalité, ouais, on connait la chanson
Tu peux noter, on est les champions
Bons pour la leçon, nuls pour l'action
Sauf trique, bâton, charter, maton
Le son vient des bas fonds, volume : à fond
Villes sous pression, on approche du plafond
Quelques casses pieds, y kiffent la baston
Y a plus de familles que d'ânes sous cachetons
De gars sous tension, de casques et plastrons
De gaz et pin pon, de toutes les façons

Refrain :
Un jour au sénat, on sera offishall
Dans les pubs à la télé on sera offishall
On mendie pas, on pleure pas, on râle pas
On dort pas, on meurt pas, on construit, on veut être offishall
Sur le mic dans les clubs déjà offishall
Dans le sport de haut niveau on est offishall
On mendie pas, on pleure pas, on râle pas
On dort pas, on meurt pas, on construit, on veut être offishall

Shurik'n :

Ils veulent bien de nous, ça fait exotique
Aller retour, Paris les îles,
Et ils ont peur de nous, ça c'est pas logique
Ils font leur shopping c'est nous leurs vigiles, ils disent qu'il y a
Trop de noirs dans leurs bleus, d'arabes dans les clubs, de rap
Dans les subs, et pourtant nous c'qu'on veut c'est plus d'avocats
Débarqués d'en bas, des sièges au sénat et un écran plus coloré que ça
Je veux des frères en blouses blanches, grands chirurgiens sbartek le scalpel
Chercheurs ou médecins, des frères dans les cocktails pas pour le service
Justice, peu de nous la rendent et trop la subissent
Nous on pense métis, eux pensent uniforme
Hors des normes, on glisse, si y a beaucoup trop de portes
Ils veulent bien nos médailles, pas nos faces à Versailles
Pas de parking privé, pas de place réservée

(Refrain)

Akhenaton :

Ils s'vendent comme des crackers, nous comme des braqueurs
Fond de commerce alimenté par la peur
Coupe de la FIFA, juin 2006
Débat : y a-t-il trop de noirs dans l'équipe ?
Est-ce que les français se reconnaissent dedans ?
La question a disparu dès la première victoire ! Dis moi,
N'est ce pas minable ? Ça c'est des hommes ?
Tuent tes illusions, c'est un pays de gnomes

Shurik'n :
Mec, on est souvent accusés, rarement candidats
Eux, n'ont qu'un pas à faire, là où nous on en fait 3
Oubliés mais surmédiatisés, dès qu'on bouge un bras
Ils nous aiment pas, mais le cul de nos soeur, ça leur déplait pas
Toujours la même image, rap, danse, foot et baskets
Tout dans le cliché, ça va pas changer en 2007
On parle d'une femme présidente, ça fait grincer les dents
Alors comprends que pour les noirs faudra repasser dans 100 ans
Mais,

(Refrain x2) 



Nés Sous La Même Etoile

REFRAIN (x2) :
La vie est belle, le destin s'en écarte
Personne ne joue avec les mêmes cartes
Le berceau lève le voile, multiples sont les routes qu'il dévoile
Tant pis, on n'est pas nés sous la même étoile 

Pourquoi fortune et infortune, pourquoi suis-je né
Les poches vides, pourquoi les siennes sont-elles pleines de thunes
Pourquoi j'ai vu mon père en cyclo partir travailler
Juste avant le sien en trois pièces gris et BMW

La monnaie est une belle femme qui n'épouse pas les pauvres 
Sinon pourquoi suis-je là tout seul marié sans dote 
Pourquoi pour lui c'est crèche et vacances
Pour moi c'est stade de foot sans cage, sans filet
sans même une ligne blanche

Pourquoi pour lui c'est l'équitation pour moi
Les bastons, pour lui la coke, pour moi les flics en faction
Je dois me débrouiller pour manger certains soirs
Pourquoi lui se gave de saumon sur lit de caviar

Certains naissent dans les choux d'autres dans la merde
Pourquoi ça pue autour de moi quoi ! Pourquoi tu me cherches ?
Pourquoi chez lui c'est des Noël ensoleillés
Pourquoi chez moi le rêve est évincé par une réalité glacée

Lui a droit à des études poussées
Pourquoi j'ai pas assez d'argent pour acheter
leurs livres et leurs cahiers
Pourquoi j'ai dû stopper les cours
Pourquoi lui n'avait pas de frère à nourrir, pourquoi j'ai dealé chaque jour

Pourquoi quand moi je plonge, lui passe sa thèse
Pourquoi les cages d'acier, les cages dorées agissent à leur aise
Son astre brillait plus que le mien sous la grande toile
Pourquoi ne suis-je pas né sous la même étoile 

REFRAIN (x2) :
La vie est belle, le destin s'en écarte
Personne ne joue avec les mêmes cartes
Le berceau lève le voile, multiples sont les routes qu'il dévoile
Tant pis, on n'est pas nés sous la même étoile 

Comme Issa, pourquoi je ne suis pas né la bonne étoile
Veillant sur moi? Couloir plein de toiles, crachats
Tchatche à deux francs, courbettes des tapettes devant
Supporter de grandir sans 1 francs, c'est trop décevant 

Simplement en culotte courte
Ne pas faire la pelle mécanique plate avec des pots de yaourt
C'est pas grave, je n'en veux à personne si mon heure sonne 
Je m'en irais comme je suis venu

Adolescent incandescent chiant à tour de bras sur le fruit défendu
Innocents, témoins de types abattus dans la rue
C'est une enfance? De la pourriture, ouais
Je ne draguais pas mais virais des tartes aux petites avec les couettes

Pâle de peur devant mon père, ma soeur portait le voile
Je revois, à l'école les gosses qui la croisent, se poêlent
C'est rien Léa, si on n'était moins scrupuleux
Un peu de jeu du feu on serait comme eux

Mais j'ai pleuré pour avoir un job, comme un crevard sans boire
Les "je t'aime" à mes parents, seul dans mon lit le soir 
Chacun son boulet, sans ambition la vie c'est trop long
Ecrire des poèmes, tout est violent dans un violon
Tu te fixes sur le wagon, c'est la locomotive que tu manques
C'est pas la couleur, c'est le compte en banque
J'exprime mon avis, même si tout le monde s'en fiche
Je ne serais pas comme ça si j'avais vu la vie riche

REFRAIN :
La vie est belle, le destin s'en écarte
Personne ne joue avec les mêmes cartes
Le berceau lève le voile, multiples sont les routes qu'il dévoile
Tant pis, on n'est pas nés sous la même étoile



L'Empire Du Côté Obscur

Le sombre monarque débarque et étale
Son pouvoir, la puissance de l'ombre s'installe
Non, ne résiste pas, ne lutte pas
Ne te détourne pas de la main tendue vers toi
Ou je vais explorer le royaume de tes peurs
En devenir le dictateur pour mieux te dominer
Là, tu deviens raisonnable, c'est bien
Oui tombe sous le charme pour de meilleurs lendemains
Pour les rebelles la force est trop forte
Je balaie ces petits Ewoks comme le vent balaie les feuilles mortes
Les indécis sont avertis, qu'ils se méfient
De la seule étoile qui se fond dans la nuit
Le bastion des bas-fonds du pays en action
L'énergie dégagée génère une telle attraction
Que vers lui se tournent enfin tous les regards
Pour s'apercevoir que l'espoir émerge du noir
Une partie de tout homme la force manipule
D'un rien il suffit pour que l'être bascule
Que les yeux de l'aveugle s'ouvrent, qu'il contemple
Mars de l'obscur côté, le temple

N'aies pas peur, ouvre-moi ton coeur, viens vers l'Empereur
Sentir la chaleur de l'obscurité pour toi il est l'heure 
De rejoindre l'armée des guerriers de l'ombre
Ne vois-tu pas ton côté clair qui succombe
C'est ta destiné pourquoi vouloir lui résister
Sans peine je ferai sauter les verrous de ta volonté
Sois l'hôte dans la noirceur la plus pure de l'Empereur
Et arbore les couleurs du côté obscur

REFRAIN :
Obscure, la force est noire,
Noire comme le château où flotte l'étendard, notre drapeau
Sois sûr, que sous les feux, la vérité est masquée,
Viens, bascule de notre côté, obscur

Je suis le fils de Jaffar, le sale rejeton de Dark Vador
Le grand Cador, du maniement de mic, j'adore
Adapter ma technique à la manière du caméléon
Sans pitié pour mater la rebellion

Millénaire, salive empoisonnée langue amer
Un pilot V-50 en tant que sabre laser
Quoi, ma conscience comme seule médaille
Je traque et j'étripe sans remords tous les chevaliers Jedi 

La haine monte en toi, je le sais parfaitement
Je vois ta main droite gantée de noir
C'est sans espoir, la mutation s'amorce
Ta nature que tu obtures, le côté obscur de la force 

Viens vers moi, passe le pont de part en part
Rejoindre ma demeure dans la lune noire
Mars est l'empire, je lance mes troupes à terre
Pour éradiquer ce niais de Jean-Claude Gaudin Skywalker 

Petit présomptueux ne vois-tu pas le nombre
Déployé? L'armée des ombres, tu seras éliminé
Au nom des forces mystiques qui habitent là
Dans mon cerveau, je donne pas cher de ta peau

Le souffle de la force est en moi
Le microphone crépite, crache des tas de flammes sur les "en bois"
Le fils de Dieu tremble
Mais lutte avec ses armes, renverse les crédos qui lui semblent

Erronés, brise les traîtres de la tête au peroné
Par la peur l'ennemi reste sclérosé
Longue vie au règne de la nuit
D'une théorie qui renverse les croyances établies 

"Luke, aide-moi", idiote il est trop tard
Tu appartiens au sinistre sombre seigneur vêtu de noir
Casque, souffle rauque sous une armure
Du soldat le plus dur, de l'empire du côté obscur 

REFRAIN

 
Texte soumis aux Droits d'Auteur - Réservé à un usage privé ou éducatif
0-A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

Copyright  2010  Ernstrade.com
- Contact Webmaster-
Music - Lyrics - Paroles - Videos Clips